Sélectionner une page

Communiqué de presse de Cyril Gamba, délégué départemental -intérimaire- du Rassemblement National des Hautes-Alpes

Après des manifestations menées dans toute la France et des revendications portées par les « gilets jaunes » depuis trois semaines, les attentes sont grandes et ne s’arrêtent pas à la question des carburants. Aujourd’hui Édouard Philippe a enfin pris la parole mais les annonces faites sont insuffisantes et le moratoire annoncé n’est en réalité qu’un report de toutes les taxes initialement prévues. Pourtant les français ne souhaitent plus voir leur travail taxé à nouveau et souhaitent pouvoir se déplacer librement, que ce soit aujourd’hui, au 1er janvier, ou en mai 2019.

Voilà des années que les politiques menées s’attaquent aux classes les plus modestes. En moins de 10 ans il y a eu +50% d’impôt sur le revenu, +20% de CSG, essence +40%, gazole +50%, à cela s’ajoutent les augmentations du gaz, du fioul, du timbre, ou encore la « baisse de la taxe d’habitation » qui s’est transformée en hausse pour de nombreux français. Et « même temps » les français ont  moins de services, moins de justice, moins de gares… Où va l’argent ?

Le bilan de ces politiques est nul. Nous avons un déficit de 2,9% du PIB et une dette qui atteint presque 100% du PIB. 

Lors de son entretien avec le Premier ministre ce lundi, Marine Le Pen a rappelé des mesures évoquées par les « gilets jaunes » et qui figuraient parmi ses 144 engagements présidentiels.

Elle a notamment proposé une baisse immédiate de 5% des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité, refusé toute hausse de la TVA et de la CSG, et l’instauration d’une Prime au Pouvoir d’Achat financée par une contribution sociale sur les importations de 3%. Autant de mesures applicables immédiatement.