Sélectionner une page

Communiqué de Nicolas Faure, membre du bureau départemental du Rassemblement National

“Je suis fier de diriger une ville qui réserve un tel accueil aux migrants”, “les briançonnais montrent le chemin de l’Europe de la fraternité” etc…
C’est par ces belles tirades dignes de Racine que Monsieur le maire de Briançon a très souvent justifié les prises de positions pro migrants de la mairie qui a consisté en un soutien financier et moral du phénomène migratoire.
ll y a quelques mois, les médias nationaux en faisaient même leurs gros titres comme le Monde, BFMTV, Libération, RTL, en soulignant que les Briançonnais donnaient l’exemple de la solidarité sans frontière et d’un humanisme qui les honorait.
Or, badaboum! Les élections du 26 mai voient le Rassemblement National virer en tête à Briançon avec un score de 21,5 %. C‘est un cataclysme pour la gauche bobo pro immigrationniste et pour tous leurs soutiens associatifs et médiatiques qui disaient représenter l’ensemble de la population alors qu’ils constituent dans les faits une minorité.
Les masques tombent, et les larmes coulent…

Voilà les observations que nous pourrions tirer de ce scrutin :

1-La propagande immigrationniste incessante via les médias locaux et nationaux n’a pas pu tromper ad vitam æternam nos concitoyens qui constatent chaque jour dans nos rues la présence de migrants qui profitent allègrement du standard de vie français sans rien rendre en retour à la collectivité.

2-Nos concitoyens sont aussi conscients du coût afférent à cet afflux massif de population qui contrairement à ce que nous disent les associations constitue un surcoût pour les finances locales (augmentation de 24% de la taxe foncière dans les Hautes-Alpes en 2018) et nationales (Coût de l’AME estimé à un milliard pour l’année 2018).

3-Les habitants Hauts-Alpins ont très bien compris que cette stratégie d’immigration massive est décidée au niveau de l’Union Européenne et qu’elle est appliquée par les gouvernements nationaux dans le but de faire baisser le coût du travail en France afin de noyer les revendications sociales et salariales des français qui n’arrivent plus à boucler leurs fins de mois tout en travaillant.

En conclusion, “On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps” comme le disait Abraham Lincoln.
Le printemps des peuples européens prend forme sous nos yeux dans plusieurs pays d’Europe comme le succès de Mattéo Salvini le démontre.
In fine, il est temps que l’Europe redevienne ce qu’elle a toujours été :
Une juxtaposition de Nations liées par un ciment multiséculaire qui s’appelle le christianisme n’en déplaise à tous les partisans du multiculturalisme, désormais minoritaires dans le pays.