Sélectionner une page

Communiqué de presse de Cyril Gamba, responsable départemental du Rassemblement National des Hautes-Alpes

Le parti Les Républicains (et l’UMP avant lui) est victime de son double langage et cela se traduit par une perte de 3 millions d’électeurs et un allégement de quelques 20% des votes si l’on prend l’exemple des élections européennes de ces dix dernières années. Il faut pourtant souligner la qualité de la campagne de M. Bellamy porté par des militants LR qui nous en sommes certain sont tout autant sincères que le sont les militants du Rassemblement National.

Ce mouvement, devenu trop élitiste s’engage à l’opposé de ce que réclame le peuple. À l’heure où les électeurs républicains demandent plus de protections et plus de Nation, leurs cadres eux ont failli sur ces mêmes thématiques, préférant les abandonner comme la gauche a abandonné le peuple.

Dès lors, le clivage gauche-droite, n’est plus. Ce qui distingue désormais les courants de pensées est le clivage définissant ceux qui croient encore en la France et ceux qui n’y croient plus. Naturellement, les électeurs et cadres sincères des LR, mais aussi de LFI, DLF ou de quelque mouvement que ce soit, rejoindront le Rassemblement National tandis que d’autres, préférant défendre leurs postes plutôt que l’intérêt des français tenteront de prospérer aux côtés de LREM sans conviction aucune. C’est le cas de certains maires dans les Hautes-Alpes.

Rien de surprenant dans le sens où le 26 mai a été pour eux un désaveu et que les élections municipales arrivent à grands pas.
Que les convictions aient disparu chez beaucoup, c’est un fait, mais que ces élus ne trahissent pas leurs électeurs et qu’ils ne brandissent pas une peur imaginaire, comme l’avait bien dit Lionel Jospin en son temps. Car en 2017, Mme Eyméoud qui se montrait déjà très Macron-Compatible, avait salué la victoire d’Emmanuel Macron au soir du 07 mai « La France est sauvée » avait-elle lancé… Et quel sauvetage ! Une croissance qui ne décolle pas, une colère populaire qui ne retombe pas même si tout le monde n’est pas dans la rue, un mépris toujours aussi marqué à l’égard de son peuple, un isolement jamais vu sur la scène internationale…

Un autre choix est possible, il est celui du Rassemblement, un Rassemblement qui permettra de construire l’Après-Macron, nous nous y attelons et ferons le nécessaire afin de travailler pour la France et les français avant de défendre quelque poste que ce soit.