Sélectionner une page

Billet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental du Rassemblement National des Hautes-Alpes.

Les ingrédients du cocktail étaient tous réunis : des paysages alpins superbes, une jeune femme noire victime d’une tentative d’assassinat par un affreux raciste, un dealer de couleur blanche, un nourrisson africain abandonné, une bande de jeunes identitaires transformés en miliciens façon Joseph Darnand, et un chevalier au grand cœur incarné par Samuel le Bihan campé d’Angelo, son compère, humaniste professionnel permanent et policier à ses heures perdues.
Bref, des méchants blancs racistes, un peu ploucs sur les bords (même complètement) et des gentils policiers qui sauvent l’honneur de la France en nous rappelant les résistants pendant les “ heures les plus sombres de notre histoire” comme l’a dit un Procureur de la République récemment dans une instance.
La France périphérique une nouvelle fois caricaturée et humiliée. Le héros, c ‘est le migrant. Le salaud, le français de souche, qui ne demande rien à personne. Il doit subir l’immigration, la payer et la boucler !

Foin de ses angoisses et de ses inquiétudes, pour les bobos métropolitains, la France des campagnes a mal voté aux dernières élections européennes en mettant en première position le Rassemblement National tout comme dans le département des Hautes Alpes (27, 35 %) et à Briançon.
Jamais une série de fiction produite par France télévision n’avait autant pris fait et cause pour les migrants. Un tel parti-pris est vraiment inquiétant et nous rappelle la grande époque d’Eisenstein qui a réalisé en 1925 “Le cuirassé du Potemkine”, qui est considéré comme le plus grand film de propagande de tous les temps.

Mais quid du problème des migrants dans notre département?
Dans les Hautes-Alpes, les migrants en 2018 c’est un coût de 7 millions d’euros pour ce seul département, ce qui s’est traduit concrètement par une hausse de 24 % de la taxe foncière pour le contribuable.
La part de l’État, et des collectivités locales via, des subventions à des associations pro migrants, des aides en nature (nourriture, hébergement, soins médicaux etc.), les déductions fiscales diverses afférentes à l’hébergement des migrants et à leur emploi, demeurent un mystère bien gardé par les services de l’Etat.
À Briançon, un véritable réseau de passeurs s’est mis en place afin de favoriser le transfert des migrants depuis le col de l’Échelle et du Montgenèvre. L’extrême gauche française et italienne y jouent un très grand rôle avec la complicité de certains élus.
Trois policiers gardent la frontière franco italienne de plusieurs kilomètres la nuit et le gite sis à Briançon au sein de la MJC qui accueille les migrants, affirme avoir accueilli depuis 3 ans plus de 7 000 migrants…
L’épisode récemment diffusé, travestit la réalité et propage une fausse “réalité”. Nous pourrions l’appeler “fake fiction”.