Sélectionner une page

J’appelle l’hôpital de Briançon après avoir lu dans la presse locale la mise en place d’un test Covid 19.
J’essaye trois fois d’appeler le standard au téléphone pour avoir plus de détails. Pas de réponse. Je revérifie le numéro de téléphone du Centre Hospitalier de Briançon sur Google au cas où…
Au bout de 10 minutes d’attente en ligne, j’obtiens enfin une personne qui me transfère aux urgences « car il n’y a personne ici »…
Aux Urgences, un membre du personnel m’énumère les conditions pour prétendre au test Covid 19 :
Etre symptomatique, ou avoir été en contact avec une personne malade du Covid19 ou devant subir une opération d’ici 48 heures. Je n’avais pas compris cela dans la presse et les médias…Elle rajoute que la fiabilité du test n’est pas totale avec l’écouvillon et qu’une sérologie est préférable !
Je ne suis pas symptomatique, mais je ne sais pas si j’ai été en contact avec une personne malade du Covid 19 (je ne suis pas voyant ou professeur en virologie), et je ne dois pas être opéré d’ici peu. Mon interlocutrice hésite. « De toute façon il faut une ordonnance du médecin traitant ». Donc j’en déduis que le test n’est pas gratuit mais va me couter 25 euros, soit une consultation chez mon médecin généraliste. Je contacte ce dernier une fois mon appel terminé. Après une dizaine de tentatives, j’arrive enfin à parler à la secrétaire à temps partiel. « Pas avant la semaine prochaine, le Docteur X, est très pris en ce moment ».

La conclusion de toute cette histoire, c’est que je ne vais pas faire le test du Covid 19 !
L’État incite la population à se faire tester, et en même temps fait tout pour limiter l’accès à ce test. Quid des 700 000 tests par semaine promis par le gouvernement?
Une fois de plus c’est le bluff et la communication qui sont érigés en politique d’Etat.
France qu’as-tu fais de ton service public ?

Nicolas Faure, membre du bureau départemental RN