Sélectionner une page
C’est avec stupéfaction que le RASSEMBLEMENT NATIONAL DES HAUTES ALPES, apprend que M DISDIER, maire divers droite de GAP est prêt à faire céder par l’Etat la RN depuis la sortie de l’A51 à LA SAULCE, jusqu’à GAP, puis (pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?) de là, la future rocade. Il s’appuie sur le décret selon lequel « les contraintes topographiques rendent impossibles ou anormalement coûteux un aménagement par une deux fois deux voies ». Mais la route doit être dans le prolongement direct d’une (…) autoroute.
On comprend tout de suite que le rédacteur de ce décret n’a jamais mis les pieds en zone de montagne, où les 2 fois 2 voies sont très souvent impossibles.
Et on entend aussitôt les Montgenèvrois applaudir des deux mains… des fois que le couple infernal GIRAUD/DISDIER pense aussi à eux !
Plus sérieusement : c’est un énième épisode du feuilleton : Par un vote HISTORIQUE, à l’UNANIMITE la Région PACA avait voté l’autoroute A51 jusqu’à GAP et au-delà. On a tous en tête le joli panneau officiel à la sortie de LA SAULCE, nous indiquant que la poursuite de l’Autoroute n’était que temporairement reportée… Il y a une bonne dizaine d’années. Un serpent de mer, comme celui du tunnel sous le Montgenèvre.
Pourquoi la société VINCI va-t-elle accepter de débourser une somme colossale, sans contrepartie visible dès le départ ? M. DISDIER ne nous rassure en effet qu’à moitié : « ça ne signifie pas que cet itinéraire deviendrait payant »
Ben voyons ! Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, disait M. PASQUA.
A qui profite toute cette écume ? A l’ex député Joël GIRAUD. Il va pouvoir indiquer à son ministre de tutelle qu’il a agi. Mais que, hélas, VINCI n’a pas suivi….
Recette Haut-Alpine pour que rien ne change :
Propulsez un cumulard dans un secrétariat d’Etat. Le premier depuis très, très longtemps. Faites que (sans qu’il n’y soit pour rien, BIEN SÛR,) « l’Etat », – dont cet énarque fait partie – annonce un délai et un coût de travaux – dont on parle depuis les années 1990 ! – absolument inacceptables. 56,3 M€ pour 3 km.
Aussitôt, après palabres dans la loge locale, on songe à confier ce titanesque projet – pour rien, rien du tout, rassurez-vous ! – à une entreprise privée, œuvre de bienfaisance réputée, VINCI !
VINCI ? Oui, vous connaissez ! Cette société qui prélève son écot sur vos allées et venue sur l’A 51.
Et pendant ce temps, pendant ces longues années, les Hauts-Alpins ont versé leurs impôts au même taux que le reste des Français et des Provençaux de la Région Sud, bien mieux dotés que le 05 en autoroutes. Ils se sont réjouis d’avoir un « ministre ». L’espoir fou de sortir de la « France Périphérique ».
De qui se moque-t-on ?
Nicolas Faure Délégué Départemental Rassemblement National des Hautes Alpes.