Sélectionner une page

Ils sont jeunes, étrangers, demandeurs d’asile et pris en charge par le contribuable français à 100% : Ce sont les « migrants ». Ils ont besoin de prendre le train pour vaquer à leurs occupations, ce nonobstant, certains faits interrogent.
Récemment, des remontées de militants se font jour :
Des clandestins sont régulièrement acceptés à la montée des trains au départ de Briançon et d’autres gares du département sans titres de transport valables et compostés, en présentant aux contrôleurs divers documents qui n’entrent pas dans la catégorie « titre de transport » au sens article 5 du décret 2016-541.
Laxisme de la direction de la SNCF, partis pris idéologiques des syndicats immigrationnistes SUD et CGT de la même maison, détournement chaste du regard, venant des élus du département (en charge des migrants) et de la région (qui gère le Réseau TER) ?
Bref, le Rassemblement National des Hautes-Alpes par la voix de son délégué départemental demande des explications aux parties prenantes en soulignant cette rupture flagrante d’égalité entre les illégaux et le citoyen lambda qui paye son billet de train et son abonnement pour se rendre sur son lieu de travail tous les jours.
Après cela, on nous dira une nouvelle fois que l’immigration « ne coute rien au pays »…

Nicolas Faure Délégué Départemental
Rassemblement National des Hautes Alpes

Partager