Sélectionner une page
C’est un fait de notoriété publique : Les clandestins qui sont de plus en plus nombreux à passer la frontière au col du Montgenèvre (voir édition du Dauphiné Libéré du 12 janvier et du 14 janvier) ont bien appris la leçon dictée par des associations pro migrants : « Annoncez que vous êtes malade et ils seront obligés d’appeler les pompiers. Ensuite ce sera un jeu d’enfants ».
« Ils » ce sont les fonctionnaires de la Police Aux Frontières (PAF).
A la suite, c’est l’article du Dauphiné Libéré du 12 janv. 2021 qui scandalise le Rassemblement National 05 et son représentant départemental Nicolas Faure : « comment peut-on nous laisser croire que les clandestins constituant un groupe de onze personnes arrivant d’Italie sont tous malades et ont tous besoin d’être transportés au Centre Hospitalier de Briançon? Même un enfant en classe de CP ne croirait pas une telle fable. »
Dans les faits, les pompiers ne pouvant pas engager leur responsabilité, se contentent de transporter les clandestins au Centre Hospitalier de Briançon. Par manque d’effectifs suffisants à la PAF de Montgenèvre et au Commissariat de Briançon, ils sont laissés sans surveillance à l’hôpital et ont tout loisir, une fois leur consultation passée, de rejoindre le Refuge Solidaire la nuit même de leur passage aux urgences : la boucle est bouclée !
Tout bien pesé, ces faits constituent des abus de droit caractérisés. Le Rassemblement National des Hautes-Alpes condamne le laxisme étatique qui, de fait, promeut l’immigration clandestine en bafouant le droit de l’immigration voté par le Parlement.
Le Délégué Départemental demande des explications à Madame le Préfet sur ces dysfonctionnements répétés qui obèrent les finances publiques de l’hôpital de Briançon et du Codis (les pompiers) en plus de constituer une menace pour l’ordre public sécuritaire (terrorisme) et sanitaire (COVID 19) dont elle doit répondre conformément à ses fonctions de représentant de l’Etat.

Partager